22 janvier 2011

"Si Jospeh D'Arimathie a pas été trop con, le Graal, c'est un bocal à enchois"

La légende arthurienne est une source intarissable pour les cinéastes. Elle est très pratique, car chacun peut s’intéresser aux personnages qu’il préfère, à la partie de la légende qui le passionne le plus ect. De facto, les résultats sont très divers. Je suis très très loin d’avoir vu tous les films en rapport avec le sujet, mais je vais tout de même parler du peu que j’ai vu.

-    Merlin : ma série chouchou du moment, c’est grâce à elle que j’ai eu envie de me plonger un peu plus dans le mythe cette année. J’ai déjà fais un billet dessus donc je ne vais pas beaucoup m'étendre. Ce qui est à noter ici, c’est la volonté de s’éloigner de la légende et la manière dont celle-ci finit par revenir, surtout dans la saison 3. En se basant sur un postulat de départ « que se serait-il passé si Merlin et Arthur s’était rencontré dans leur jeunesse ? », les scénaristes vont un peu où ils veulent, ce qui n’empêche pas la série d’être de qualité !

vlcsnap_2010_12_05_00h22m11s150


-    Monthy Python Sacré Graal : Voici l’un de mes films cultes. Je pense d’ailleurs ne pas me tromper en affirmant que c’est le film que j’ai vu le plus de fois dans ma vie. Mais à chaque fois, je suis écroulée de rire devant tant de drôlerie et de génie ! Je le connais tellement par cœur qu’il m’est difficile de dire quelque chose de constructif dessus. C’est un film à voir, à revoir, à rerevoir !!

-    Kaamelott : Indéniablement l’une de mes séries françaises préférées ! J’aime cette série d’abord parce qu’elle est drôle, mais pas seulement ! Elle a su évoluer au cours des années pour s’orienter vers un tout autre genre, vers quelque chose de beaucoup plus sombre, sans pour autant perdre l’humour qui en fait sa marque de fabrique.
La quête du Graal est ici centrale, dès le début. Ce qui ressort de cette version de la légende, c’est surtout la fraternité entre les chevaliers de la table ronde, la recherche d’un idéal plus que d’un objet (après tout, que ce soit un récipient, une pierre incandescente, ou un bocal à anchois, quelle importance du moment qu’il est trouvé ?), la profonde bonté de Arthur et sa dévotion absolue à sa mission. A ce titre, une citation de la série résume bien tout ça :

"Pour le Graal, j’ai bâti une forteresse, moi. Kaamelott, ça s’appelle. J’ai été chercher des chevaliers dans tout le royaume. En Calédonie, en Carmélide, à Gaunes, à Vannes, aux Pays de Galles. J’ai fait construire une grande table, pour que les chevaliers s’assoient ensemble. Je l’ai voulue ronde, pour qu’aucun d’entre eux ne se retrouvent assis dans un angle, ou en bout de table. C’était compliqué, alors j’ai essayé d’expliquer ce qu’était le Graal, pour que tout le monde comprenne. C’était difficile, alors j’ai essayé de rigoler pour que personne ne s’ennuie. J’ai raté, mais je veux pas qu’on dise que j’ai rien foutu, parce c’est pas vrai."

kaamelott


-    Mists of Avalon :  Cette adaptation s’inspire deux premiers tomes du cycle arthurien de Marion Zimmer Bradley dont j’ai parlé il y a peu de temps.
C'est une adaptation assez libre qui se concentre vraiment sur Morgane (qui, comme dans le livre, n’est absolument pas une méchante), à la différence du roman qui, tout en lui donnant le plus grand rôle, accorde également de l'importance aux autres femmes de la légende. Mais c'est un bon parti pris car du coup il y a une vrai unité et une cohérence. Certes, beaucoup de passages ont été enlevés, mais je n'ai pas trouvé ça gênant car l'histoire reste très fluide. Ainsi, les 3h se laissent regarder sans qu’on se lasse, notamment grâce à de bons acteurs, une belle musique et de magnifiques décors.
Ici, le Graal n’intervient pas mais toute la problématique tourne autour de la religion : chrétiens contre représentants de l’Ancienne Religion, personnifiés par Vivane, la Dame du Lac et l’Ïle  d’Avalon. Ces deux religions peuvent-elles coexister ? Quelles en sont les conséquences ? Ce propos, bien qu’atténué dans cette adaptation par rapport aux livres, reste central.

10984021_gal


-    Le Roi Arthur : J’avais vu ce film au cinéma. Il ne m’a pas laissée de souvenirs bien vifs, à part Clive Owen en roi Arthur, mais ça s’explique surtout par mon amour pour le monsieur et Keira Knightley en une Guenièvre à la Xena, ce qui n’avait pas beaucoup de sens. Il me semble toutefois que ce film n’avait rien de formidable et n’avait de la légende arthurienne que le titre… Je préfère ne rien dire de plus, je ne m’en souviens pas assez pour cela.

To be continued...


Posté par missgaufre à 17:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur "Si Jospeh D'Arimathie a pas été trop con, le Graal, c'est un bocal à enchois"

    On a les mêmes références ^^
    Auxquelles je rajouterai Excalibur de John Boorman, indispensable

    Posté par Pando, 29 janvier 2011 à 12:14 | | Répondre
  • Oui j'ai vu aussi Excalibur, mais je ne l'ai pas mis car je n'arrivais pas vraiment à faire une écrite, ne serait-ce qu'une petite, dessus.
    Je l'ai revu il y a peu de temps en plus !

    Posté par Jeanne, 29 janvier 2011 à 19:25 | | Répondre
Nouveau commentaire